Monté Médio
Attendre, s'il vous plaît...

L’escalade développe autant de qualités physiques que mentales…

Un peu d’histoire…

Historiquement parlant, l’escalade est un sport qui a pris sa source dans l’alpinisme. Durant une certaine époque, les alpinistes se sont livrés à une véritable course pour réaliser les premières ascensions des sommets Alpins. En convoitant des sommets de plus en plus difficile et en repoussant leurs limites de plus en plus loin, ils ont rapidement été confronté à des parois rocheuses qu’ils ont du escalader.
En voulant s’entrainer pour être de meilleurs grimpeurs, certains alpinistes se sont tellement pris au jeu qu’ils se sont éloignés des sommets pour se consacrer seulement à l’escalade sur rocher. La grimpe est alors devenue une discipline à part entière…
En France, durant les années 1980, l’image et la médiatisation de Patrick Edlinger ont permis de faire connaitre l’escalade au grand public.
Depuis le nombre de pratiquants ne cesse d’augmenter.
L’escalade est devenue encore plus accessible grâce développement des murs artificiels et des salles d’escalade,

L’escalade : un sport pour tous

L’escalade est un sport accessible au plus grand nombre qui développe des sensations uniques… La réussite et le dépassement de soi en escalade apporte un sentiment de satisfaction et de bien être.
Chez les jeunes enfants, on remarque souvent qu’ils ont d’extraordinaires facultés quand on les met à l’escalade… On dit souvent qu’ils n’ont pas d’appréhension et qu’ils grimpent tout naturellement.
Plus tard, cela devient différent. L’enfant qui commence à grandir et l’adulte prennent conscience du danger. Le cerveau émet alors le signal : grimper = danger.
Pourtant, pratiquée dans le respect des règles de sécurité, l’escalade a un taux d’accidentologie relativement faible…

L’appréhension du vide en escalade

Ce sentiment de peur est lié à la confiance que l’on accorde en son assureur (celui qui nous tient la corde), au matériel et en soi-même… Il faut donc être convaincu qu’on ne risque rien pour ensuite pouvoir dépasser sa peur.
C’est pour cette raison qu’il est primordiale d’utiliser une méthode d’enseignement progressive pour mettre en confiance les débutants. Ainsi l’appréhension du vide ne prend pas le dessus et un débutant pourra escalader facilement en prenant de la hauteur!

Comment débuter en douceur l’escalade?

Faire de l’escalade ne s’improvise pas, il faut d’abord apprendre les techniques qui permettent de grimper en toute sécurité : enfiler et ajuster son baudrier, s’encorder avec un noeud en huit, assurer son partenaire…
Suivant l’objectif et le profil des débutants, un moniteur d’escalade adapte sa pédagogie pour trouver un juste milieu entre le temps passé à escalader et tout ce qui lié aux techniques de sécurité…
Il faut bien travailler sur la prise de confiance entre trois éléments : soi-même, son assureur et le matériel. Pour cela il faut d’abord grimper à deux mètres de haut en étant assuré par la corde. Une fois à cette hauteur l’assureur tend la corde et on lâche les prises pour s’assoir dans le baudrier et sentir que ça tient.
Pendu confortablement dans le baudrier, il faut apprendre à se mettre en position de redescente : les pieds écartés à plat sur la paroi et les mains libres.
Pour descendre l’assureur fait coulisser la corde, le grimpeur peut faire des petits pas sur la paroi pour descendre jusqu’au sol.
Cette étape est primordiale et permet de progressivement aller de plus en plus haut. Chaque individu réagit différemment et il faut s’adapter à chacun pour être en situation de réussite. Certains pourront aller tout en haut après cet exercice alors que d’autres personnes auront besoin d’y aller en plusieurs étapes…

L’escalade pour se bâtir un mental d’acier

Consolider son mental en repoussant sa peur du vide est une des principales vertus de l’escalade. Cela donne au débutant qui y arrive un sentiment de bien être et de fierté que le grimpeur confirmé retrouve quand il s’accomplie dans une voie où qu’il ressent simplement de bonnes sensations.
Se dépasser en escalade, repousser ses limites jusqu’à son niveau maximum pour progresser entrainent la motivation du grimpeur et donnent l’envie de continuer.
Une autre qualité requise en escalade est la combativité. Le grimpeur est livré à lui même quand il grimpe… Pour y arriver, il doit utiliser tout son mental et tout son physique. Plus c’est difficile et proche de son niveau maximum et plus le grimpeur a besoin de se battre pour réussir… Quand on réussit cela fait plaisir et ensuite on essaye de se dépasser encore plus en tentant quelque chose de plus difficile… En cas d’échec, il faut savoir prendre du recul pour en identifier les raisons. On peut alors soit essayer à nouveau, soit mettre de coté ce projet en revenant plus fort et mieux entrainé un autre jour.

L’escalade un sport de gros bras?

On dit que l’escalade n’est pas un sport de brutes. En effet, avoir des gros bras ne suffit pas pour être un bon grimpeur.
Quand on débute, la technique est bien plus importante que la force. C’est pour cela que l’on privilégie les exercices qui font travailler la technique et que l’on ne travaille la force que quand on a atteint un certain niveau. En plus, le seul fait de grimper développe bien assez les muscles que l’on utilise en escalade.

Par
Vous souhaitez plus d`informations ?