La semaine dernière, avec Mathieu, nous avons profité d’une semaine de congés pour aller découvrir un massif dont on avait beaucoup entendu parler : le Queyras.

Il a fait super beau, il y avait de la bonne neige, des montagnes rien que pour nous… Au bout de quatre jours, on s’en est vite lassé.

Du coup pour changer un peu, on est allé voir ce qu’il se passait un peu plus au Sud dans le Mercantour.

Première journée dans le Queyras : Mait d’Amunt

Arrivés samedi soir au gite Yak’Avenir d’Aiguilles, nous ne savions pas encore à quelle sauce nous allions gouter la neige de ce beau massif dont nous avions à peine aperçu ses sommets en arrivant pas les magnifiques et étroites gorges du Guil.

Après avoir fouiné les topos, cartes et contacté quelques locaux, on finit par se mettre d’accord : la Mait D’amunt. Dimanche matin, on suit docilement les conseils du topo, et prenons les remontées mécaniques de la station d’Abriès, pour ensuite entamer une douce montée vers le sommet de la Lauzière.

Du sommet, on skie notre première descente dans le Queyras qui nous mène dans un vallon au nom enchanteur d’Urine (surement une déesse locale). On remet les peaux pour monter au col qui porte le même nom placé sur la frontière italienne.

Le topo propose de rejoindre ensuite le sommet de la Mait par le versant italien mais le vent a bien soufflé et là haut on y voit plus de caillou que de neige, cela semble difficile et peu intéressant d’y monter.

On prend donc par l’option face sud ouest avant de basculer et de descendre dans son magnifique versant Nord Ouest (la photo du topo vous donnera surement aussi envie d’y aller).

Le soleil est loin d’aller se coucher, du coup on en profite pour remonter un petit coup du coté de la pointe Giornivetta, s’en suit une dernière descente de regalade avec sa petite couche de poudreuse et une petite partie de slalom entre les mélèzes…

Deuxième jour dans le Queyras : Traversée Grand Queyras Pic Ségure

On enchaine avec une belle traversée et un beau couloir! Le point de départ se fait du Pont de l’Ariane à coté du village de Fontgillarde et l’arrivée à Ristolas…

C’est pas vraiment à coté, alors on pose le van à Ristolas puis on descend avec la navette jusqu’à Ville Vieille avant d’être embarqué en autostop jusqu’à Fontgillarde.

La journée commence avec une belle montée jusqu’au Grand Queyras qui se termine par un petit bout bien raide où l’on finit par mettre les skis sur le sac (on ne monte pas vraiment au sommet mais à la bosse à 3016 mètres d’altitude, l’entrée du couloir Nord est pile derrière) … On entame alors la descente d’un magnifique couloir qui nous amène dans le vallon de Ségure duquel on monte au Pic du même nom.

La descente du Pic Ségure est très belle avec pour commencer des pentes bien larges et poudreuses et ensuite une partie en forêt toute aussi sympa à skier… On finit par tomber sur le chemin de randonnée qui nous amène à Ristolas où nous attendait le van.

Troisième et Quatrième jours dans le Queyras : Autour du refuge de la Blanche

Mardi matin, on quitte le gîte d’Aiguilles pour aller du coté de Saint Véran et skier deux jours autour du refuge de la Blanche.

On rejoint le refuge en prenant les remontées mécaniques de la station de St Véran puis en faisant une longue traversée et une courte descente, on arrive à la Chapelle de Clausis (cette option permet de gagner pas mal de temps et de s’économiser un peu).

En montant vers le refuge on repère une belle pente vierge dans la face nord de la Crête du Coq. On laisse un peu de matériel au pied pour alléger nos sacs avant d’aller skier cette belle pente en aller retour…

On rejoint ensuite le refuge sans savoir encore ce que nous allions faire le lendemain. On y passe une bonne soirée et on profite des nombreuses personnes présentes au refuge pour chopper des infos sur les courses sympathiques et les conditions…

Mercredi matin, on s’est enfin décidé et un beau petit tour nous attend… On part du refuge direction le col de la Noire pour enchainer sur une descente coté sud et remonter jusqu’au sommet de la tête du Longet. Du sommet, on skie jusqu’au village de Saint Véran par son versant Nord Ouest…

On quitte alors le Queyras avec une bonne envie d’y revenir, de belles montagnes à l’état sauvage, plein d’itinéraires, un super acceuil…

Direction Saint Martin Vésubie maintenant.

 

Cinquième et Sixième jours : Tour dans le Haut Boréon

On arrive mercredi soir à Saint Martin Vésubie et passons une bonne nuit chez mes parents. Le lendemain, on attaque avec un tour classique du Boréon que je connais déjà : le Guilié avec la descente par le vallon Sangué. Au bout de la descente du vallon Sangué, au lieu de redescendre vers le Boréon, on remonte au refuge de la Cougourde où l’on passe la nuit afin de s’économiser pour le lendemain (on commence à être bien cuit)…

Vendredi matin, Thomas Arfi nous rejoint au refuge et il nous propose d’aller faire un beau petit tour avec lui.

Thomas est un ami de longue date : nous grimpions déjà ensemble il y a 20 ans autour de Nice !!! Il est maintenant guide de haute montagne : allez voir son site et blog guides06

Du refuge, on monte direction la Cime Agnel. Thomas n’est pas venu ici pour regarder les chamois, on essaye de tenir son rythme mais c’est pas facile… Tout en sachant que ce n’est que la première partie du grand tour qui nous attend, on est à la limite de lui faire faux bond pour le passage de l’autre coté de la frontière…

On arrive tant bien que mal au sommet de la cime Agnel. Puis on se laisse vite influencer par Thomas qui nous promet une belle descente de fou dans la baisse Margot!

On commence par skier un beau couloir sous les sommet avant de gagner de belles et larges pentes qui nous amènent dans le fond de la vallée au niveau du refuge Soria Elena où l’on se fait un petit casse croute.

Après ce petit gavage de poudreuse, il va falloir se remuer un peu pour remonter jusqu’au Col de Fenestre…

Puis du col, on skie une courte descente en tirant vers la droite pour remonter au Pas des Ladres.

Et enfin on fait la toute dernière descente qui nous ramène dans le vallon du Boréon et qui signe la fin de ce voyage…